Accueil du site > E-citoyen > Protéger la nature > Les amphibiens > Les urodèles > Triton alpestre

Triton alpestre

// dimanche 3 janvier 2010 // par mens

Le triton alpestre doit son ancien nom (alpestris ou « alpestre ») au fait qu’on le rencontre à haute altitude, mais il vit également très bien dans les plaines, jusqu’au niveau de la mer.

Ce triton atteint 11 centimètres de longueur. Les mâles sont plus petits que les femelles. Le corps est de couleur brune, verdâtre ou gris bleuté avec des taches plus ou moins visibles ; le ventre est orangé.

Le Triton alpestre est un animal amphibien. S’il passe une partie de l’année sur terre, il a aussi besoin d’eau pour se reproduire et pondre des œufs qui donneront des larves aquatiques. En phase terrestre, il ne sort de sa cachette que la nuit et rampe lentement sur le sol à la recherche de nourriture. A l’inverse, en phase aquatique, il n’hésite pas à se déplacer et se nourrir parfois en plein jour. C’est un bon nageur qui peut passer plusieurs minutes en apnée dans l’eau froide.

Le Triton alpestre se nourrit d’invertébrés divers, les spécimens adultes se nourrissent de vers, de petits insectes mais aussi d’œufs et de têtards de batraciens.

Au printemps, les tritons quittent leur retraite hivernale pour rejoindre une mare à leur convenance.

Pour se reproduire, chaque mâle se poste devant une femelle en lui exhibant ses couleurs et ondule la queue de manière à lui envoyer une substance qui l’attire et la séduit. Si l’effet fonctionne, la femelle est comme hypnotisée et suit docilement le mâle qui largue alors un petit sac contenant ses spermatozoïdes : c’est le spermatophore. Il avance un peu puis s’arrête au bout de quelques centimètres de manière à ce que le paquet se retrouve au niveau du cloaque de la femelle et s’y colle.

Comme la plupart des amphibiens, le triton alpestre est vulnérable aux pesticides et à la pollution des eaux douces.

Pour aider les tritons alpestres on peut facilement aménager dans son jardin un petit plan d’eau artificiel à l’aide d’une bâche qu’on remplit d’eau de pluie. Une profondeur d’eau de 15 à 20 cm, une surface de quelques mètres carrés et un minimum de végétation (de simples touffes d’herbes ou des plantes collectées dans une mare proche) peuvent suffire à son bonheur.